Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Une approche autochtone pour guérir avec l’Eau

Publié par La Caravane des Sources

Une approche autochtone pour guérir avec l’Eau

Pour le peuple Desana, parler à l’Eau est la clé de la guérison

La science de la cymatique nous montre littéralement l’influence du son sur la structure de l’eau ; il est aussi possible de se référer aux idées controversées scientifiquement, montrant que l’eau a une mémoire soumise à l’influence de la lumière, du son et même de l’intention humaine. Durant ces dernières années, de nombreuses personnes ont été captivées par les expériences du Dr Masaru Emoto qui montra au monde entier, par des photographies, les détails très précis de la manière dont les intentions peuvent affecter l’eau au niveau de sa structure. Pour la première fois, il nous a été possible de visualiser clairement à quoi ressemble une intention particulière, telle que la Gratitude, dans la structure de l’eau, sous la forme d’un flocon de neige, photographiée au microscope.

La liste des différentes photographies qui peuvent être prises selon la technique du Dr Masaru Emoto est aussi longue que la liste des différentes émotions et des différentes sources d’eau sur toute la planète. En fait, depuis l’Antiquité, on croyait aux capacités à influencer l’eau, la tradition chrétienne étant l’exemple le plus évident avec les rituels qui se perpétuent encore de nos jours de transformer l’eau en Eau bénite. Les vibrations des essences avec l’eau dans les bains floraux sont juste un autre exemple de la capacité de l’Eau d’être influencée intentionnellement dans un but de guérison.

Un cristal d’Eau bénie par la Gratitude du Dr Emoto ( à gauche) et de l’Eau bénite ( à droite )

Un cristal d’Eau bénie par la Gratitude du Dr Emoto ( à gauche) et de l’Eau bénite ( à droite )

Guérisons autochtones avec l’Eau

Il est sans surprise d’apprendre que de nombreuses cultures ont compris que l’eau pouvait guérir bien avant que les microscopes et les appareils photo existent pour leur montrer que les prières et les intentions avaient un effet certain. La vérification leur a en fait apporté une preuve de l’efficacité de leurs guérisons. L’eau était ainsi informée avec des intentions de guérison et ensuite, elle était donnée à quelqu’un de malade ; lorsque cette personne retrouvait la santé, cette manière de faire était considérée comme efficace et ainsi elle se poursuivait. C’est de cette manière que ces pratiques sont restées depuis les temps anciens jusqu’à maintenant. Une tribu qui a découvert que cette pratique est efficace est celle des Desana, vivant en Amazonie de part et d’autre de la frontière entre la Colombie et le Brésil.

Une approche autochtone pour guérir avec l’Eau

Imprégnation de l’Eau avec des intentions de guérison

(Traduction particulière parce que le terme « to cure » en anglais est plus spécifique du fait d’extraire, de soutirer quelque chose et n’a pas vraiment de traduction qui fasse sens pour le paragraphe ci-dessous.)

Un terme qui est utilisé en espagnol est « curar », en anglais to cure (guérir, extraire) – utilisé aussi bien pour parler de briques en terre qui sèchent au soleil ( curing in the sun) , de viande salée étant déshydratée (salted meat being cured), déduisant que l’intention est peut-être conservée dans la structure des molécules d’eau. Il y a une double signification puisque d’une façon on extrait (cure) le liquide dans un but de conservation et aussi pour « extraire » ( to cure ) chez le malade afin qu’il guérisse. C’est peut-être pour cela qu’en Amazonie, les guérisseurs sont appelés « curandera » et « curandero » : celle/ celui qui guérit « cure ». Il y a un autre terme pour ceux qui pratiquent en Amazonie : Icarar.

Le verbe icarar signifie chanter ou siffler un icaro (chant médecine) sur une personne, un objet ou une préparation afin de lui donner du pouvoir ; l’Eau au-dessus de laquelle est chanté ou sifflé un Icaro et sur laquelle du tabac a été soufflé est par exemple appelée « Agua Icarada »….

L’anthroplogue Luis Eduardo Luna raconte comment Don William Vasquez (chaman mestizo) agit lors d’un accouchement difficile en chantant des Icaros parlant de poissons gluants, d’arbres mous et visqueux, de boas glissants et de raies qui peuvent donner naissance dans n’importe quelle position. Il chante ces chants au-dessus d’un verre d’eau qui est ensuite donné à boire à la femme. – Steve Beyer, Singing to the Plants.

Bénédiction de l’Eau avec du tabac sacré

Bénédiction de l’Eau avec du tabac sacré

La tribu Desana, région de la rivière Vuapes

Les Desana sont un particulièrement bel exemple de cette pratique parce qu’il existe dans leur culture tout un champ d’application de cet art exact. Les Desana sont uniques dans le sens qu’ils ont 3 types de chamans différents et que ceux qui travaillent avec les incantations, généralement au-dessus de liquides, sont connus comme étant capables de guérir uniquement avec l’eau et les intentions. Ces personnes sont appelées « kubu » ou « kumu ».

Le kumu guérit avec la récitation inaudible de formules magiques thérapeutiques hautement formalisés au-dessus de l’Eau qui est ensuite bue par le patient. – Steve Beyer, Singing To The Plants

Un terme qui est moins chargé de connotations négatives comme celui de « formules magiques » est le mot Desana « bayi » qui parle à la fois de « extraire » (cure) dans le sens de guérison ( healing) et d’encoder une intention dans un liquide. Bayi apporte le même sens de vénération et de sacré que le mot « prière ».

Pour les Desana, cet objet ( bien souvent l’eau), qui donne à l’incantation un support matériel, fonctionne comme un « médium » ; elle transfère l’incantation au patient. – Domonique Buchillet, Portals of Power.

La tribu Desana en Amazonie

La tribu Desana en Amazonie

Pourquoi ne pas simplement chanter ou dire une incantation au-dessus de la personne malade ? D’après les chamans kubu chez les Desana, les incantations, lorsqu’elles ne sont pas utilisées avec un support physique comme l’eau sont plus précises et sont capables d’atteindre la cible exacte de la maladie avec beaucoup plus d’acuité, mais elles agissent plus lentement. Peut-être l’effet est plus lent pour se produire, ou plus lent à se manifester sous forme de changement physique.

Lorsque les incantations sont récitées sur un agent physique liquide qui peut être bu ou sur une plante qui sera frottée sur la personne, les Desana affirment que la guérison (the cure ) arrive plus vite, est plus pénétrante, est plus matérialisée et permanente, même si elle reste moins précise.

L’apprenti kubu, kudu pegi, est littéralement celui qui écoute – Domonique Buchillet, Portals of Power

Apprendre la pratique de l’écoute profonde

Apprendre la pratique de l’écoute profonde

Ecouter profondément

Pour les Desana, une grande part de l’écoute qui est demandée est d’écouter les incantations qui sont passées de lignées en lignées. Alors je suis désolé pour ceux qui lisent cet article car ils seront dans l’impossibilité d’obtenir les pouvoirs reconnus par un kubu. Ce que nous pouvons faire par contre, c’est examiner les qualités qu’ils essaient de cultiver alors qu’ils apprennent les incantations de leurs lignées ancestrales. Il y a une profondeur dans le type d’écoute qu’ils essaient de cultiver. Les Desana parlent d’apprendre à être capable de rester assis tranquillement sur un banc, ce qui dans leur tradition est intimement lié à la réflexion et au fait de penser. Leur terme pour « intelligence » est partiellement dérivé d’un mot qui signifie : écouter, entendre, comprendre dans le sens de prendre avec, comprendre, savoir.

Les Peuples autochtones australiens, les Bushmen du Kalahari, les Indiens Apaches, les Peuples autochtones d’Hawaï et plusieurs autres cultures traditionnelles accordent beaucoup d’importance sur la faculté d’écouter profondément la nature. Par exemple, la philosophie des Apaches Lipan telle qu’elle a été enseignée par Stalking Wolf/ Tom Brown/ Jon Young, montre que lorsque nous écoutons profondément, nous développons des fils de connexions avec le monde vivant. Ceci explique pourquoi le fait d’écouter profondément va permettre des incantations plus puissantes puisque la personne est capable ainsi d’appeler les aspects de la nature avec lesquels elle a pu établir de profondes et solides connexions. Pour plus d’informations sur l’art de développer l’écoute profonde, lire l’article Indigenous Australian concept of « Dadirri » https://www.youtube.com/watch?v=_OOjMbHADn8  ( Dadirri, une qualité particulière, un cadeau unique des peuples Aborigènes… une écoute intérieure profonde et un silence attentif dans la présence. Dadirri reconnaît la source profonde qui est en chacun de nous. C’est quelque chose qui ressemble à ce que nous appelons la contemplation…)

Les Peuples Autochtones d’Australie ont une connexion profonde avec la nature à travers l’écoute

Les Peuples Autochtones d’Australie ont une connexion profonde avec la nature à travers l’écoute

Purification et jeûne

Un autre aspect pour acquérir de la connaissance et la capacité à se centrer et à transférer une intention de manière puissante et exacte est la pratique de la purification et du jeûne. La purification par les plantes qui purgent permet apparemment d’enlever les blocages qui empêchent la connaissance d’arriver en nous.

Pour vous qui avez des enregistreurs et des cahiers, c’est facile d’apprendre les incantations. Pour moi, c’est très difficile. Je dois jeûner et rester réveillé toute la nuit pour les apprendre.- Un Kubu Desana, Portals of Power.

Une des pratiques fondamentales de l’apprentissage chamanique en Amazonie est de s’imposer des limites strictes en matière de diète et de passer du temps isolé dans la forêt, écoutant les chantes des plantes avec lesquelles on essaie d’établir une relation. Peut-être est-ce la discipline mentale et physique amenée par le jeûne qui affûte la capacité à rester centrer sur son intention d’une manière puissante ; cependant, les leçons les plus profondes viennent en fait de pratiquer soi-même et de recevoir la connaissance et l’expérience directement. Si vous choisissez de pratiquer le jeûne, faites d’abord des recherches sur le sujet et procédez avec prudence. Demander un contrôle et parler avec votre médecin est recommandé avant de se lancer sur ce chemin.

Un Tambo moderne destiné à l’isolement pour une diète ou un jeûne

Un Tambo moderne destiné à l’isolement pour une diète ou un jeûne

De quelle manière est-ce utile pour ma vie de tous les jours ?

Que vous soyez convaincu de ce qui est dit dans cet article ou que vous soyez plus sceptique, il peut être utile de se rappeler les études scientifiques récentes qui ont trouvé que même lorsqu’une personne sait qu’elle reçoit un placebo, c’est tout de même efficace du point de vue statistique.

Alors, la prochaine fois que vous vous asseyez pour manger, pensez à toutes les cultures qui remercient avec gratitude pour leurs repas et considérez qu’à peu près toutes les miettes de nourriture que vous allez ingérer contiennent de l’Eau. Comment serait l’image si le Dr Emoto prenait une photo de l’eau qui est dans cette nourriture maintenant encodée de gratitude ? Comment serait la photo de l’eau dans votre corps qui est entrée en contact avec l’eau de la nourriture qui a reçu la gratitude ?

La prochaine fois que vous cuisinerez une soupe pour une personne aimée qui ne se sent pas bien, vous pourriez considérer de chanter un chant qui plaît à votre cœur. Lorsque vous vous coulez de l’eau pour un bain à la fin d’une longue journée de stress, considérez les effets que les cristaux de sel Epsom, les huiles essentielles et la musique peuvent avoir non seulement sur l’eau de votre bain, mais aussi sur l’eau dont votre corps est constitué, à peu près 70 %.

Pouvons-nous positivement influencer l’Eau avant que nous la buvions ?

Pouvons-nous positivement influencer l’Eau avant que nous la buvions ?

Guérir avec l’eau à large échelle

Si l’eau est extrêmement conductrice d’électricité, cette conductivité peut alors aussi s’étendre à des niveaux plus subtils d’énergie que la science est actuellement juste en mesure de pouvoir mesurer. Rappelez-vous aussi que l’eau a été observée par les traditions de l’est comme étant peut-être le meilleur exemple capable de s’adapter et de changer dans toute situation. Conductivité et adaptabilité.

Nous ne sommes peut-être pas des maîtres pour encoder l’eau avec nos intentions comme le peuple Desana, ou des maîtres en contemplation comme les moines bouddhistes, mais ce qui nous manque en profondeur de contemplation, nous pouvons le faire en augmentant considérablement le nombre de personnes reliées. Ce qui m’anime c’est l’idée que des millions de personnes sont capables collectivement d’utiliser leur intention en utilisant les capacités de conduction et d’adaptabilité de l’eau, en se mettant dans un état de profonde écoute et réceptivité et ensuite en concentrant leur intention d’envoyer leur bénédiction aux Eaux de toute la planète. Cela peut être d’apporter la guérison aux eaux elles-mêmes, mais comme la pratique d’utiliser l’eau comme transporteur pour soigner les individus, un assez grand nombre de personnes concentrées collectivement sont capables d’apporter la guérison ou le réalignement non seulement aux eaux mais aussi à tous ceux qui sont en contact avec elles- et il n’y a rien de plus important en ce moment qui peut être fait pour la planète.

Samedi 19 mars, journée mondiale de l’Eau, bénissez l’Eau….

Une approche autochtone pour guérir avec l’Eau

 

Words By Jonathan Davis Amplifying personal healing and growth for collective evolution.

Traduction : Claire-Lise

 

In english :